Imprimer le descriptif

Fiche Détaillée

Description du site

Nom : CHARBONNAGES DE FRANCE (ex HBCM)
Adresse : LES MOUTIÈRES
Commune principale : 38499 SUSVILLE
Code - Libellé NAF : F11 - Houillères
Plus d'infos sur le site : https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0104.00696

Synthèse de l'action de l'administration

Date de dernière mise à jour : 23/06/2017
Description : 3 Entre le 26 et le 29/01/1996, la Commune de Susville demande à la société TREDI et BONNEFOND de pomper les huiles flottantes.
Des pompages sont effectués et 21 tonnes d'huiles et 50 tonnes d'eaux contaminées sont évacuées.
Un bouchon d'argile est réalisé à l'exutoire de la galerie, d'où sortaient les huiles.

Entre février et mars 1996, des légers suintements et de légères irisations s'observent dans la partie nord de l'étang.
Un barrage flottant est posé le 15/03/1996.


La première partie du diagnostic réalisée en mai 1996 a permis de préciser l'historique des anciennes centrales et l'environnement du site.

La deuxième partie réalisée en septembre 1996 du diagnostic a été réalisée en continuité avec l'étude documentaire précédente et a reposé sur des investigations de terrain, leurs résultats et leur interprétation.

Des excavations et des piézomètres ont été réalisés du 08/07/1996 au 16/07/1996, afin de réaliser des analyses de sols et réaliser des prélèvements d'eaux souterraines et de surface (eau de l'étang). Des analyses sur les poissons et les sédiments de l'étang ont également été effectuées.

Les analyses ont été axées sur la recherche des Polychloro-Biphénils (PCB), métaux lourds (Asenic, Plomb, Cadmium, Chrome, Cuivre, Nickel, Mercure) et Hydrocarbures totaux.

37 sondages ont été réalisés (E8 à E43 avec PZ1, PZ4 et PZ5) :
- E8 à E18 : sols bordure de l'étang ;
- E19 à à E26, puis PZ1 et PZ5 : Sols première centrale ;
- E27 à E43 puis P4 : sols deuxième centrale.

* Les résultats d'analyse de sols indiquent :
- la présence de PCB dans 3 sondages jusqu'à 8,6 mg/kg au droit de E20 ;
- la présence de métaux lourds dans 3 sondages jusqu'à 21 mg/kg en arsenic au droit de E8, 33 mg/kg de plomb au droit de E8, 43 mg/kg de chrome au droit de E21, 32 mg/kg de cuivre au droit de E21, 50 mg/kg de nickel au droit de E21.

* Les résultats d'analyses des sédiments indiquent :
6 prélèvements dans les sédiments ont été effectués (SED1 à SED6).
- présence de PCB jusqu'à 0,514 mg/kg au droit de SED2 ;
- présence de métaux lourds jusqu'à 10 mg/kg en arsenic au droit de SED6, 94,3 mg/kg de plomb au droit de SED6, 0,4 mg/kg de cadmium au droit de SED6, 36,7 mg/kg de chrome au droit de SED6, 23,8 mg/kg de nickel au droit de SED6 et 1,2 mg/kg de mercure au droit de SED6.

* Les résultats d'analyses des eaux souterraines indiquent :
7 piézomètres ont été installés sur le site (PZ1 à PZ7).
- la présence de PCB est décelée dans 5 piézomètres jusqu'à 0,33 µg/L au droit de PZ1 ;
- la présence de métaux lourds jusqu'à 480 µg/L d'arsenic, 1 720 µg/L de plomb, 10950µg/L de chrome, 1 070 µg/L de nickel et 12 µg/L de mercure au droit de PZ1 ;
- la présence de COHV, avec du 1,1,1-trichloroéthane à 8 µg/L au droit de PZ2, 0,1 µg/L de tétrachlorure de carbone au droit de PZ1, 5 µg/L de trichloroéthyène (TCE).

* Les résultats d'analyses des eaux de l'étang :
Jusqu'à 0,54 µg/l de PCB ont été trouvés.

* Les résultats d'analyses dans les poissons :
- la présence très importante de PCB dans les poissons (environ 5 500 ug/kg).
Le niveau de qualité des eaux de la nappe et de l'étang, vis à vis des PCB ne permet pas la consommation de ces poissons. C'est la voie d'exposition la plus sensible mise en évidence.

Des mesures à court terme et moyen terme ont été proposées par le bureau d'études. Il s'agit notamment de :
- maintenir l'interdiction de pêche sur l'étang des Moutières ;
- interdire la baignade sur l'étang ;

Dans l'optique de traiter la pollution de l'étang :
- éliminer tous les poissons ;
- réaliser une mesure du débit de la Jonche pour préciser la faisabilité d'une vidange complète ;
- faire cette vidange et curer le fond et les bords ;
- réaliser des prélèvements de sol et sédiments pour analyse ;
- colmater le fond et les bords de l'étang ;
- suivre les teneurs en PCB et métaux lourds dans les poissons témoins réintroduits,
- suivre les teneurs en PCB et métaux lourds dans la nappe phréatique et l'étang,
- mettre en place une couche de matériaux sur l'ensemble de la plate forme pour empêcher l'envol de poussières,
- éviter des fondations,
- étanchéifier les éventuelles aires de jeux pour empêcher tout contact entre les enfants et les sols sous jacents.


Une visite d'inspection a été effectuée le 26/04/2007.

Plusieurs de ces dispositions ont été mises en œuvre (interdiction de pêche, de baignade, quelques prélèvements de sols) mais la plupart des préconisations précitées n'ont pas été prises.


En conséquence, suite au rapport de l'inspection des Installations Classées du 09/05/2007 et par arrêté préfectoral n°2007-00825 du 17/01/2007, CHARBONNAGES DE FRANCE (ex. HBCM) a été chargé :
- de mettre en place un réseau de surveillance de la qualité des eaux souterraines et superficielles ;
- de réaliser une étude hydrogéologique ;
- de réaliser un diagnostic approfondi de la plate-forme des anciennes centrales thermiques et d’évaluer, si nécessaire, les risques associés ;
- de déposer un dossier de cessation d’activité pour les anciennes centrales thermiques.


A noter que cet arrêté a fait l’objet d’un recours au tribunal administratif car CHARBONNAGES DE FRANCE a toujours nié être responsable des pollutions constatées.


L’établissement public CHARBONNAGES DE FRANCE a été dissous le 01/01/2008 (décret n°2007-1806).
A cette date, l’ensemble des biens, droits et obligations de CHARBONNAGES DE FRANCE a été transféré à l’Etat, à l’exception de certains qui ont été confiés au liquidateur du groupe, Maître CADOUX, nommé par arrêté du 27/12/2007.

La charge de la réalisation du diagnostic approfondi de Susville a été transférée au liquidateur.
Ce n’est qu’une fois cette étude finalisée et validée par l’administration que la gestion du site sera transférée au BRGM/DPSM (conformément à l’arrêté du 02/04/2008).


Le rapport de synthèse hydrogéologique et préconisations de suivi a été transmis à la DREAL en juin 2007.
Cette étude a permis de valider avec le groupe CHARBONNAGES DE FRANCE et la DREAL, une stratégie d'investigation permettant la réalisation d'un diagnostic approfondi et précisant les modalités d'un suivi hydrologique et hydrogéologique dans l'environnement de l'étang des Moutières et des plateformes des anciennes centrales thermiques.


Le diagnostic approfondi réalisé par la société CESAME, a été transmis à la Préfecture le 17/09/2008.

* 10 sondages de sol ont été réalisés le 27/11/2007 (S1 à S10).
Les résultats montrent :
- présence d'HCT dans 2 sondages entre 96 et 176 mg/kg ;
- présence de mercure dans 9 sondages entre 0,13 et 1,06 mg/kg ;
- présence d'arsenic dans tous les sondages entre 8,1 et 42,5 mg/kg ;
- présence de cadmium dans 8 sondages entre 0,5 et 3,1 mg/kg ;
- présence de chrome dans tous les sondages entre 6,3 et 29,5 mg/kg ;
- présence de cuivre dans tous les sondages entre 11,6 et 35,9 mg/kg ;
- présence de nickel dans tous les sondages entre 17,1 et 37 mg/kg ;
- présence de plomb dans tous les sondages entre 10,2 et 108,6 mg/kg ;
- présence de zinc dans tous les sondages entre 42,8 et 192,9 mg/kg ;
- présence de PCB dans 3 sondages entre 0,02 et 6,47 mg/kg (arochlor 1260 à 20, 49 mg/kg).

* Au niveau des eaux souterraines et des eaux superficielles, des prélèvements ont été réalisés le 26/11/2007 et 22/04/2008.
Le 26/11/2007, 9 prélèvements ont été réalisés dans 8 piézomètres (PZ2, PZ3, PZ4, PZ6, PZ7, PZ amont, PZ aval transfo et PZ aval éloigné) et le puits Charvet (aval hydrogéologique).
Les résultats montrent la présence :
- de chrome, de cuivre et du zinc à des valeurs inférieures aux valeurs seuil en vigueur ;
- du nickel dans 5 ouvrages jusqu'à 29 µg/L, du plomb dans 6 sondages jusqu'à 36 µg/L.

* Le 22/04/2008, 5 prélèvements dans les eaux superficielles ont été réalisés sur la Jonche et l'étang des Moutières.
Aucune pollution n'a été mise en évidence.

* 5 prélèvements de sédiments ont également été prélevés le 22/04/2008.
Les résultats montrent :
- la présence de mercure dans tous les sondages jusqu'à 0,53 mg/kg dans l'étang ;
- la présence d'arsenic dans 4 sondages jusqu'à 48 mg/kg dans l'étang ;
- la présence de cadmium dans 2 sondages jusqu'à 1,5 mg/kg dans l'étang ;
- la présence de chrome dans tous les sondages jusqu'à 40,5 mg/kg dans la Jonche aval ;
- la présence de cuivre dans 4 sondages jusqu'à 40,9 mg/kg dans l'étang ;
- la présence de nickel dans tous les sondages jusqu'à 44,2 mg/kg dans la Jonche amont ;
- la présence de plomb dans tous les sondages jusqu'à 345,2 mg/kg dans l'étang ;
- la présence de zinc dans tous les sondages jusqu'à 138,4 mg/kg dans l'étang ;
- la présence de PCB dans 3 sondages jusqu'à 1 983 µg/kg dans l'étang (avec 15 763 µg/kg d'arochlor 1 260).

* Plan de gestion
Le bureau d'études propose trois solutions envisageables dans le futur, suivant l'usage souhaité :
- dépollution de l'étang dans le but de restaurer l'usage piscicole ;
- maintien de la situation actuelle avec l'interdiction de pêche et de consommation des poissons ;
- remblaiement de l'étang.


Le suivi de la qualité des eaux souterraines et superficielles et des sédiments a été effectué entre novembre 2007 et décembre 2008 ( 4 campagnes de prélèvements en novembre 2007, avril, juillet et septembre 2008), puis entre mai 2009 et décembre 2009 (4 campagnes de prélèvements, en mai, juillet, octobre et décembre 2009).

Le suivi réalisé durant l'année 2009 n'a pas mis en évidence de contamination des eaux souterraines en PCB. Le suivi 2007-2008 avait émis le même résultat.
Le suivi réalisé en 2009 dans des conditions d'écoulement de basses eaux et d'étiage, ne met pas en évidence de contamination des eaux superficielles par les PCB. Le suivi 2007-2008 avait émis le même résultat.
Les sédiments de la Jonche à l'amont du site, seules des traces ont été détectées en 2008 et 2009, jusqu'à 35 mg/kg de PCB et 268 µg/kg d'arochlor 1248.
Les sédiments de la Jonche à l'aval du site présentent systématiquement des traces de contaminations aux PCB. Les teneurs en PCB des sédiments, mesurées entre 2008 et 2009, sont inférieures à 150 µg/kg MS pour les 7 campagnes sur les 8 réalisées. Lors de la campagne de juillet 2009, la teneur des sédiments en PCB avait atteint 1 081 µg/kg MS.


A compter de fin 2012, le BRGM, agissant en qualité de maître d'ouvrage pour le compte de l'Etat, engagera des travaux de dépollution portant sur l'étang des Moutières et le site des anciennes centrales thermiques.


Le 12/09/2012, le rapport d'investigations complémentaires sur l'évaluation de la contamination des sols et des eaux souterraines par les PCB,
hydrocarbures et métaux sur la commune de Susville a été émis par le BRGM.

Le rapport conclut :
Malgré le passé industriel des secteurs prospectés, aucune pollution significative aux hydrocarbures n'a été mise en évidence.
Il en est de même pour les PCB à l'exception de deux zones déjà diagnostiquées par le passé (secteur ancienne
salle des machines des deux centrales thermiques).
Le diagnostic montre que la contamination des sols par les PCB dans ces secteurs concerne une très faible emprise de terrains (quelques dizaines de m2).
Concernant les contaminations métalliques, aucune pollution significative par l'arsenic, le cadmium et le mercure n'a été mise en évidence.
Dans tous les sondages réalisés, les sols présentent des teneurs en arsenic importantes.
La présence de cet élément dans les sols n'apparait pas anormale car les zones prospectées sont ou ont été utilisées pour le stockage de remblais miniers ayant comme origine les formations du Houiller : formations qui présentent naturellement d'importantes teneurs en arsenic (fond géochimique lié à la présence de minéralisations de type arséno-pyrite très souvent associées au charbon).
il est à noter que des traces de mercure sont très régulièrement détectées dans les sols à des teneurs supérieures à
celles habituellement mesurées en conditions « naturelles ».
L'origine de cet élément est très certainement liée au passé industriel de la vallée (exploitation, traitement, combustion du charbon). Les résultats d'analyses montrent le degré de contamination reste faible.
L'analyse des risques sanitaires vis-à-vis de cet élément pourra être menée en fonction du devenir des terrains et des sources d'exposition potentielle.


Des investigations sur la galerie d'amenée des eaux ont été menés par le BRGM et le rapport a été émis le 13/09/2012.
L'objet de cette opération est de ré ouvrir l'ancienne galerie d'amenée des eaux de la centrale thermique de Susville afin d'évaluer le degré de contamination résiduelle de l'eau et des boues susceptibles de se trouver à l'intérieur.

Le rapport conclut que :
Les reconnaissances réalisées au niveau de l'ancienne galerie des eaux montrent que cet ouvrage est saturé en eau car situé sous le niveau hydrostatique local.
L'eau prélevée présente des traces d'hydrocarbures et de PCB, les teneurs mesurées sont comprises :
– entre 0,83 et 93,6 mg/l pour les hydrocarbures ;
– entre 6,9 et 14,1 µg/l pour les PCB indicateurs.

Les sédiments prélevés dans l'ouvrage présentent également des traces d'hydrocarbures et de PCB avec des teneurs mesurées comprises :
– entre 4 970 et 1 180 mg/kg MS pour les hydrocarbures ;
– entre 25,4 et 0,585 mg/kg MS pour les PCB indicateurs.

Concernant les métaux dans les sédiments (Arsenic, Cadmium, Chrome, Cuivre, Nickel, Plomb, Zinc), les concentrations mesurées dans les sédiments ne mettent pas en évidence une contamination significative par rapport à ce qui peut être mesuré naturellement dans les sols. Par contre, les concentrations en mercure mesurées dans les deux échantillons peuvent difficilement s'expliquer par une origine naturelle et sont très certainement en lien avec le passé industriel du site.
Il est à noter que sur le compartiment eau, les concentrations mesurées sur un des deux échantillons ne sont pas compatibles avec un usage AEP « eaux butes » (Hydrocarbures, Pb et Hg).


Le cahier des clauses techniques particulières pour les travaux de réhabilitation du site de l’étang des Moutières et des centrales thermiques a été réalisé courant 2013.

Descriptions des travaux :

L'objectif à atteindre en termes de dépollution est un taux de PCB après curage (contrôlé en fond de fouille par prélèvements et analyses) qui ne doit pas dépasser 1 mg/kg MS.

Dans le cadre de la réhabilitation du site, l’État a décidé de réaliser :
- le curage de la galerie d’amenée des eaux, partiellement comblée ;
- l’excavation des sédiments de l'étang des Moutières relié à l’ouvrage précédent ;
- le traitement de zones particulières localisées sur 2 périmètres appelés « points chauds » situés sur la plateforme où se trouvaient les deux centrales thermiques (Surfaces planes situées l’une, sur le périmètre de la centrale du Villaret (Point chaud 1) l’autre, sur l’ex emprise de la Nouvelle centrale (Point chaud 2). Elles recouvrent partiellement les infrastructures et fondations de sous-sols saturés de gravats, remblais et matériaux issus de la déconstruction des bâtiments, tours de refroidissement et autres superstructures des centrales arasées).

Les travaux de réhabilitation du site se sont déroulés d'avril à septembre 2014.
Le dragage de l'étang a été réalisé par aspiration depuis une barge flottante. Les sédiments pollués ont été récupérés par floculation et éliminés en biocentre.
Les zones de "points chauds" ont été déblayées et remplacées par des terres inertes.
La galerie d'amenée des eaux a été pompée et démantelée. La zone a été remblayée par des terres propres.

La partie de la galerie située sous la route va être comblée.
Une analyse des risques résiduels sur le site et la mise en place de servitudes d'utilité publique sont en cours.
3 Pour les sites renseignés avant 2020, les informations sont issues de la base de données BASOL (avant 2020) ou la base de données SIS s'ils n'étaient pas répertoriés dans BASOL.